Guerre du Donbass Politique Russie Ukraine

RFI: Petro Porochenko ordonne une enquête dans l’affaire des moteurs de missiles nord-coréens

Papier radio diffusé dans les journaux de la matinale, sur RFI, le 17/08/2017

Il y a trois jours, le 14 août, le New York Times publiait une enquête établissant un lien entre les missiles intercontinentaux testés par la Corée du Nord et des moteurs de missiles de technologie ukrainienne. La publication a déclenché une levée de boucliers en Ukraine. Le Président Petro Porochenko a ordonné une enquête. Mais un peu tard… 

160107142042-north-korea-missile-taepodong-large-169

Prouver que l’Ukraine n’a rien à voir avec les moteurs des missiles nord-coréens, et trouver la source des fausses informations visant à discréditer l’Ukraine. Petro Porochenko a fixé des objectifs clairs aux enquêteurs du Conseil National de Sécurité et de Défense (RNBO). Sa décision d’ouvrir une enquête intervient pourtant près de trois jours après la publication du New York Times. Plusieurs éléments sont déjà venus relativiser les allégations de l’article.

Le directeur de l’usine “Youjmasz”, cité comme source potentielle des moteurs, s’est fait piégé au téléphone par des Russes incarnant Oleksandr Tourtchynov, secrétaire du RNBO. Croyant parler à un responsable haut placé, et vraisemblablement en confiance, il y a démenti toute responsabilité dans la livraison de moteurs de missiles à Pyongyang. Michael Elleman, l’expert cité par le New York Times a relativisé les propos de l’article, en précisant que les moteurs pouvaient venir d’Ukraine comme de Russie, et qu’aucun élément ne laissait supposer que les autorités ukrainiennes aient jamais été impliquées. D’autres analystes ont souligné que Pyongyang dispose de suffisamment de capacités pour produire seule ses moteurs, sans recourir à des achats à l’étranger. Beaucoup, encore, dénoncent une manipulation russe, voire une manoeuvre de diversion afin de dissimuler les traces de leur propre livraison d’armes à la Corée du Nord.

Au troisième jour après la publication du New York Times, les doutes demeurent. Il semble impossible de confirmer, ou infirmer, la thèse de l’article; tout du moins pas avec certitude. Les autorités ukrainiennes, notamment Oleksandr Tourtchinov, avaient d’abord émis une série de dénis indignés, sans voir l’intérêt d’une quelconque enquête. L’initiative de Petro Porochenko est tardive. Et il est peu probable qu’elle puisse produire des résultats incontestés. Le chef de l’Etat a donné seulement trois jours aux enquêteurs pour étudier un cas potentiellement très complexe. Et l’annonce de l’enquête semble déjà contenir les résultats qu’il en attend.

Au lieu d’être une recherche de la vérité, l’enquête présidentielle s’apparente plus à un geste d’agacement. Kiev est outrée de se voir ainsi accusée de traiter avec un Etat voyou, la Corée du Nord. Et ce à un moment où la Maison Blanche s’apprêtait à considérer la livraison d’armes létales à l’Ukraine. Petro Porochenko s’est probablement inquiété, avec un retard de deux jours, des conséquences de l’affaire sur la politique américaine, et, plus grave, sur sa crédibilité en tant que partenaire des pays de l’OTAN.

0 comments on “RFI: Petro Porochenko ordonne une enquête dans l’affaire des moteurs de missiles nord-coréens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :