Reportage diffusé dans l’émission « Accents d’Europe », sur RFI, le 31/05/2017

Dans le centre de Kiev, s’est développée ces derniers mois une chaîne qui vend exclusivement des produits fabriqués en Ukraine. Alors que le pays a perdu, une à une, ses industries, et que l’économie reste dépendante des importations, les Ukrainiens adorent (re)découvrir que leur pays peut produire des choses de qualité.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_1bb8

Passé la porte de Vsi Svoi , nous voilà bercé par une musique d’ambiance typique des magasins de vêtements. A première vue, rien d’original. Et pourtant, Vsi Svoi est un magasin révolutionnaire

Volodymyr: C’est un nouveau concept. Nous avons ouvert un grand magasin, dans le centre de la ville, avec seulement des marques ukrainiennes. 

Volodymyr Kornelyuk est le directeur du magasin, situé bien en vue sur la prestigieuse avenue Kreshatyk.

Volodymyr: Nous avons plus de 200 marques ici. Des vêtements, des chaussures, des accessoires, de la décoration intérieure, des jouets pour les enfants…

Vsi Svoi en ukrainien, cela se traduit par “Tout t’appartient”, “tout est à toi”. Inauguré en septembre 2016, il s’étale sur plusieurs étages. L’équipe ambitionne de devenir une vitrine de la mode en Europe de l’est, et de soutenir les producteurs locaux.

Plusieurs designers ukrainiens se sont fait remarquer sur les podiums internationaux ces dernières années, et on observe un vent de créativité en Ukraine. Même les culottes et les caleçons ont leur rôle à jouer dans le phénomène du “Made in Ukraine”. Nikita Bondarenko et son entreprise “Scowth” fournissent des sous-vêtements à Vsi Svoi.

Nikita Bondarenko: C’est en décembre 2015 que nous avons commencé à coopérer avec Vsi Svoi, nous avons pris part à des festivals et des foires. Quand le magasin s’est ouvert, on nous a proposé d’y exposer nos produits. C’est une grande chance pour nous, et une reconnaissance de notre travail. 

Dès sa création en 2015, Vsi Svoi a organisé des évènements ponctuels, pour rassembler et présenter des producteurs et artisans ukrainiens. Le succès a été immédiat, et a permis l’ouverture du magasin. Aujourd’hui ce sont 130 employés qui travaillent à Vsi Svoi. Les bouleversements historiques qu’a traversé l’Ukraine depuis 2014 ont créé un climat favorable. Volodymyr Korneluyk.

Volodymyr: Au début, c’était clairement du patriotisme, lié à la Révolution et à la guerre. Un mouvement de solidarité entre Ukrainiens. Petit à petit, cela s’est transformé en phénomène de mode, et les gens viennent chez nous.

Ironie de l’architecture, ce magasin né d’une vague de patriotisme ukrainien est implanté dans un bâtiment typiquement soviétique, de l’époque stalinienne. Mais c’est l’emplacement qui compte, et Vsi Svoi ne désemplit pas de clients. Ce jour-là, Vita se cherche une nouvelle jupe.

Vita: C’est vraiment un endroit intéressant, j’aime bien les offres de produits ici, j’aime bien la structure du bâtiment. Et pour moi c’est très important que le magasin présente une large diversité de designers ukrainiens. En étant ici, je soutiens les producteurs locaux. Donc je viens souvent ici. 

Au-delà de la démarche patriotique, Vsi Svoi développe surtout une image de qualité, et de gestion à l’occidentale, transparente et efficace. Volodymyr Korneluyk.

Volodymyr: C’est sûr que les Ukrainiens aiment l’idée de soutenir des artisans locaux. Mais c’est aussi une question de qualité, puisque la plupart des vêtements vendus ici sont faits à la main. Et puis ils sont moins chers que des vêtements importés, qui eux sont frappés de taxes d’importation. Donc venir ici, ce n’est pas que du patriotisme, mais c’est un choix très pragmatique. 

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_1bb4

Sur les étagères de Vsi Svoi, on trouve tous les styles. Le magasin se développe comme un espace pratique pour faire du shopping, et trouver des vêtements pour la vie quotidienne ou des occasions spéciales. L’idée étant de normaliser les marques ukrainiennes, en dépassant le stéréotype d’un pays d’importation, sans aucune histoire de production locale. Volodymyr Kornelyuk.

Volodymyr: Ce sont des marques de toute l’Ukraine, pas seulement de Kiev. Beaucoup viennent de Kharkiv, de Dnipro, d’Odessa. Ce sont des marques reconnues. L’une d’elle a plus de cent ans: elle a survécu à deux guerres, et au régime communiste…

Et ça marche. Oleksiy déambule dans les allées du magasin. Pour lui, il n’y a rien de bizarre à s’habiller avec des marques ukrainiennes, plutôt que les marques occidentales de renom.

Oleksiy: Je suis à une étape de ma vie où je cherche un nouveau pantalon… (ironique) Juste à côté d’ici, il y a Zara. En soi, je peux aller chercher là-bas, cela n’a pas d’importance. Mais je suis d’abord venu ici parce que je connais un des artisans qui vend ici, et le magasin a une très bonne réputation. 

La direction Vsi Svoi prévoit déjà d’ouvrir de nouveaux magasins dans autres villes du pays. Au-delà de l’aspect commercial, le message est clair: il est temps pour les Ukrainiens de connaître leur pays, de s’approprier leur patrimoine, et d’être fier de leurs productions.

Ecouter le reportage ici

Journaliste et voyageur, je suis un Européen d'origine française et observateur insatiable de la composition, décomposition et recomposition du continent. Depuis 2011 en Ukraine, je suis en permanence sur les routes, afin de suivre les évolutions et révolutions qui secouent ce pays. L'occasion d'affiner mon regard sur les différences - et ressemblances - qui font cette autre Europe.

1 comment on “RFI: Made in Ukraine

  1. Pani Tetyana

    Всі свої перекладається французською Tous les Nôtres )))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :