Politique Société Ukraine

RFI: Pas très gay, l’Ukraine.

Reportage diffusé dans l’émission Accents d’Europe, le 20/04/2016

L’homophobie en Ukraine, ce n’est pas une nouveauté. La société post-soviétique est patriarcale et très conservative. Mais après la Révolution de la Dignité, et dans le processus d’intégration européenne dont l’Ukraine se réclame, la protection des minorités devrait être garantie. Ce n’est pas encore le cas, comme le montre une nouvelle flambée de violences à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine. 

anti-gay_protesters_in_Ukraine_throwing_stones_insert_courtesy_of_Olena_Shevchenko_of_Insight

 

 

Le 19 mars, un esclandre agite la paisible ville de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine. Une trentaine de militants LGBT sont assaillis en plein centre-ville par quelques 300 casseurs et militants d’extrême-droite, sous les yeux d’une police impuissante.

Oleksandr Zaventaniy, 21 ans, ouvertement gay, faisait partie des agressés.

Oleksandr Zaventaniy: Nous voulions organiser une chasse au trésor, dans le cadre de notre festival de l’Egalité… s’amuser à trouver des indices dans plusieurs lieux symboliques de la ville. C’était très innocent, nous n’avions pas prévu de défiler avec des drapeaux. Les groupes d’extrême-droite l’ont associé à une Gay Pride et ont décrété que cela n’avait pas sa place dans la ville. Le problème principal, c’est que les autorités municipales ont fermé les yeux sur ces menaces. La police aussi, en refusant d’accorder une protection pour le festival. Et pendant que les participants du festival se faisaient taper, les policiers étaient tranquillement assis à boire leur café. Ils ne sont intervenus qu’au bout d’une heure…

L’homophobie en Ukraine, ce n’est pas une nouveauté. Mais deux ans après la Révolution de la Dignité, la législation qui protège les minorités, y compris les minorités sexuelles, existe. On pouvait donc s’attendre à ce que l’Etat, et dans ce cas, la municipalité de Lviv, prennent leurs responsabilités.

Au contraire, le maire de Lviv, Andriy Sadoviy, qui se présente pourtant comme un réformateur tolérant, s’est tout de suite dédouané sur les réseaux sociaux en dénonçant une provocation, peut-être russe, visant à discréditer l’Ukraine sur la scène internationale. Son assistant, Illya Koenigstein

Illya Koenigstein: Pourquoi nous croyons que c’est une provocation? Parce que cela a dû être organisé, on ne peut pas imaginer qu’une telle chaîne d’événements arrive par hasard. D’abord, les organisateurs qui forcent leur chemin et qui décident d’organiser leur festival contre toute recommandation, pendant la période du Carême. Ensuite, ces jeunes casseurs d’extrême-droite qui débarquent de nulle part. Et la police qui reste assise, sans rien faire, ça a été un choc pour moi.

Autrement dit, ce serait la faute de tout le monde, sauf du maire. Celui-ci avait pourtant refusé net de fournir un cadre légal au festival.

 

D’où l’inquiétude d’Olha Reiter, une jeune lesbienne de Lviv.

Olha Reiter: Ce qui me préoccupe le plus, c’est que ni la municipalité, ni la police, n’ont protégé le festival. Ils n’ont pas non plus été capables d’organiser une discussion constructive, ou même d’agir selon leurs obligations constitutionnelles de protéger les droits de l’homme. C’est un très mauvais signe. La municipalité est certes à la tête d’une société conservative et catholique, mais elle reste une autorité d’Etat, garante de la loi.

A Lviv, il est de notoriété publique que le maire Andriy Sadoviy subit une forte influence de l’Eglise, que ce soit dans plusieurs affaires immobilières ou sur des questions plus sociétales. Il véhicule à ce titre les visions ouvertement homophobes du clergé et d’une grande partie de la société ukrainienne, très patriarcale. Un dignitaire d’une Eglise ukrainienne a ainsi récemment associé “l’homosexualisme”, comme il l’appelle, au crime de meurtre. A Ivano-Frankivsk, une autre ville de de l’ouest de l’Ukraine, le maire a lui estimé que l’on ne pouvait pas être à la fois gay et patriote.

Mais selon Maria Gourieva, chargée de la communication du bureau ukrainien d’Amnesty International, la situation ne serait pas si désespérée, quand on regarde le passé

Maria Gourieva: La situation des droits de la communauté LGBT en Ukraine s’améliore d’année en année. Le Président Petro Porochenko a récemment déclaré qu’il n’y avait pas de place pour l’homophobie en Ukraine. C’est un signe fort de soutien. 

Le processus d’intégration européenne aiderait au changement d’attitude des dirigeants politiques. Maria Gourieva dénonce néanmoins la persistance de fortes discriminations, la difficulté d’organiser des évènements publics, et le manque de volonté de l’Etat à faire respecter la loi.

Maria Gourieva: Ce qui renforce le climat de violence contre les LGBT en Ukraine, c’est l’impunité dont bénéficient les agresseurs. Il faut que soient menées de sérieuses enquêtes, qui débouchent sur réelles sanctions.

Pour l’heure, aucune procédure judiciaire n’est ouverte contre les casseurs du 19 mars.

 

A Lviv, Olha Reiter veut elle aussi, croire à un apaisement des tensions et à un changement des mentalités. Et contrairement à ceux qui refusent d’évoquer ces sujets dans un pays en guerre et en grave crise économique, elle affirme qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais moment.

Olha Reiter: Il est toujours bon de parler des droits de l’homme. Mais l’important, c’est l’art et la manière. Il ne faut pas brusquer la majorité de la population qui pourrait être tolérante et ouverte à certaines idées, mais les rejette car ces idées sont présentées de manière agressive. 

Même son de cloche du côté du jeune Oleksandr Zaventaniy. Le jeune homme s’est déclaré avec prudence à sa famille, et donne aujourd’hui des entretiens sur le sujet, malgré les risques d’agression.

Oleksandr Zaventaniy: Bien sûr que j’ai peur! Mais il faut surmonter ses angoisses. Je sais que si je ne parle pas en public, rien ne changera.

La première des conditions à un débat public sur le sujet des droits de la communauté LGBT, c’est la protection constitutionnelle qui incombe à l’Etat, afin que les LGBT ne soient pas les oubliés de la Révolution.

Ecouter le reportage ici

0 comments on “RFI: Pas très gay, l’Ukraine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :