Guerre du Donbass Histoire Politique Russie Transport Ukraine

RFI: Une marine ukrainienne en convalescence

Reportage diffusé dans l’émission « Accents d’Europe », sur RFI, le 09/11/2015

L’armée ukrainienne serait-elle la meilleure d’Europe ? C’est, en tout cas, ce que martèle le président Petro Porochenko. Il est vrai que les forces déployées dans le Donbass ont reçu de l’équipement, et surtout sont mieux formées. Mais, qu’en est-il de la marine ? Encore sous le choc de la perte de sa base en Crimée, elle s’efforce de se refaire une santé à Odessa. 

A sailor stands guard on Ukrainian Slavutych military ship on Sevastopol bay,  on March 18, 2014. Ukraine's Western-backed prime minister said on Tuesday that his country's conflict with Russia was entering a "military stage" following claims by Kiev that one of its officers was shot and wounded in Crimea. AFP PHOTO / VIKTOR DRACHEV
A sailor stands guard on Ukrainian Slavutych military ship on Sevastopol bay, on March 18, 2014. Ukraine’s Western-backed prime minister said on Tuesday that his country’s conflict with Russia was entering a « military stage » following claims by Kiev that one of its officers was shot and wounded in Crimea. AFP PHOTO / VIKTOR DRACHEV

De loin, on voit les drapeaux qui flottent en haut de quelques mâts, en rade d’Odessa. Impossible d’approcher les navires qui se dessinent par-delà les palissades. Tout ce que l’on sait, c’est que c’est là qu’ont échoué des milliers de marins de la flotte ukrainienne de la mer Noire.

Mikhaylo Samus: Ces marins ont décidé en 2014 d’être loyaux à l’Ukraine. Ce sont des héros car ils ont décidé de tout abandonner en Crimée, d’aller à Odessa. 

Mikhaylo Samus est un expert militaire à Kiev. Il rappelle qu’en mars 2014, les quartiers généraux et vaisseaux de la flotte ukrainienne basée en Crimée ont été conquis sans coup férir par les petits hommes verts, les forces spéciales russes déployées sur la péninsule sans insignes de reconnaissance.

La marine comptait 22 navires de guerre en 2014: elle en a perdu 11, de même que son unique sous-marin, et 25 avions. Sur plus de 15000 hommes, seuls 6.500 sont restés sous pavillon ukrainien, et sont maintenant stationnés à Odessa.

Mikhaylo Samus: Cela fait un an que ces marins vivent ici dans des conditions très difficiles… C’est une tragédie pour eux, et évidemment, ils veulent reprendre la Crimée. 

Malgré une séparation complète depuis plus d’un an, le gouvernement ukrainien considère toujours la Crimée comme partie intégrante de son territoire.

Lors d’une conférence de presse en septembre, le Premier Ministre Arseniy Iatseniouk affichait un volontarisme à toute épreuve.

Arséni Iatseniouk: La flotte ukrainienne reviendra en Crimée. Ce que nous devons faire, c’est assurer la stabilité de la mer Noire, et accélérer notre rapprochement avec l’OTAN. Avec l’Alliance Atlantique, il ne s’agit pas encore de parler la même langue, mais d’opérer selon les mêmes standards. Il faut que apprenions de l’OTAN.

Pour cela, le gouvernement a récemment adopté une stratégie de réforme de la flotte d’ici à 2020.

Mais pour Nataliya Zeylanova, une représentante de la société civile qui a pris part à son élaboration la stratégie ne prend pas en compte la réalité.

Nataliya Zeylanova: Un bateau, ça n’est pas une flotte !  La flotte n’existe pas! 

Le bateau auquel elle fait référence, c’est la frégate Hetman Sahaydachniy, qui serait le seul navire en état de combattre. Pour elle qui apporte de l’aide matérielle aux marins, elle ne voit qu’un vestige de l’URSS, très mal entretenu.

Nataliya Zeylanova: Nous avons nourri les marins, repeint certains bateaux, nous en avons pris soin. Nous nous sommes cotisés pour leur offrir un réfrigérateur, car leurs aliments ne pouvaient pas se conserver dans de bonnes conditions. On leur a même acheté des ampoules pour qu’ils puissent mettre de la lumière dans leurs dortoirs!!!

Les marins et cadets sont nombreux à déambuler dans les rues d’Odessa. Mais ils ne souhaitent pas  répondre aux questions.. Malgré des demandes répétées, le quartier général de la marine ukrainienne refuse d’organiser une visite, ou même de faire un commentaire officiel. Une interdiction qui ne concerne pas que les journalistes: les marines suédoises et italienes ont récemment proposé des missions d’entraînement des marins ukrainiens: le haut commandement leur a refusé l’accès à la base d’Odessa.

Pour Nataliya Zeylanova, c’est le signe d’un blocage à la soviétique, qui empêche tout changement.

Nataliya Zeylanova: C’est de l’imitation de réformes. On fait semblant de coopérer avec l’OTAN. On cache la réalité de la misère de la flotte. Si cette attitude perdure, alors même l’OTAN ne pourra pas nous aider. Le vieux système ne veut pas se réformer, et ne veut pas être aidé. Ce n’est pas vraiment du sabotage conscient, mais un blocage mental. Si un amiral reçoit un conseil d’un homologue de l’OTAN, il ne va pas le croire, car l’OTAN, c’est toujours perçu comme un adversaire. Nos amiraux agissent comme au 20ème siècle, et ils sont contents comme ça.

Pour l’expert Mikhaylo Samus, il y a pourtant urgence.

Mikhaylo Samus: Nous avons un ennemi bien identifié, nous sommes en état de guerre. Mais nous n’avons toujours pas de concept pour notre flotte! Personne n’a aucune idée de combien de bateaux il nous faut, pourquoi, d’ici combien de temps… C’est le problème principal. Si par exemple demain, la France nous offrait des bateaux dont elle n’a plus besoin et proposait d’entraîner les marins; l’amiral en chef ne serait pas en mesure d’accepter! Parce qu’il n’aurait pas les moyens de les entretenir, mais surtout, il n’aurait aucune idée de ce qu’il pourrait en faire!

A titre de comparaison, cet expert rappelle que le quartier général ukrainien compte  400 volontaires, contre 35 pour le QG suédois. L’armée s’efforce de restaurer des vieux bâtiments, au lieu d’investir dans de nouvelles technologies.

Si l’armée de terre ukrainienne a retenu de nombreuses leçons de la guerre hybride qui déchire le Donbass, il semble bien que la flotte ukrainienne, un an et demi après l’annexion de la Crimée, ne serait pas en mesure de défendre les côtes de l’Ukraine, si besoin était.

Ecouter le reportage ici

0 comments on “RFI: Une marine ukrainienne en convalescence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :