Guerre du Donbass Histoire Kyiv Politique Russie Société Ukraine

Libération: Retour de Flamme pour Svoboda

Article publié dans Libération, le 21/09/2015

Le parti, acteur majeur de la révolution, est en perte de vitesse avant les élections locales de dimanche. Il est accusé de violences.

Oleh Tyahnybok semble repartir en croisade à la veille des élections ukrainiennes locales de dimanche : «Le pouvoir tente d’évincer les nationalistes [du scrutin]. Ils ne veulent pas que siègent dans les conseils municipaux des citoyens qui puissent s’opposer à leur tyrannie et au pillage du peuple qu’ils entreprennent !» Svoboda («Liberté») est, aux yeux de cet homme, le parti des «vrais patriotes». C’est précisément pour cela qu’ils «subi[ssent] des pressions systématiques, qui visent à éliminer Svoboda de la vie politique».

IMG_1289

Dans le centre de Ternopil, Oleh Tyahnybok harangue ses partisans en territoire conquis. Dans l’ouest de l’Ukraine, son parti avait remporté à la fois la mairie et la majorité au conseil régional aux élections de 2010. Ici aussi, il lui faut repartir au combat. Mais son discours, qui paraissait alors si conquérant, sonne aujourd’hui comme une vieille rengaine qui n’aurait pas changé depuis l’époque de l’autoritaire Viktor Ianoukovitch. Svoboda apparaît finalement comme un perdant de la révolution de 2014. Aux yeux du ministre de l’Intérieur, Arsen Avakov, Svoboda est devenu «le parti du terrorisme»depuis les affrontements sanglants entre des militants ultranationalistes et les forces de l’ordre, devant le Parlement le 31 août. Bilan : quatre morts parmi les policiers et plus de 130 blessés. On n’avait pas vu tel déchaînement de violence à Kiev depuis la fin de la révolution.

«Tous les fauteurs de troubles ne sont pas nécessairement des militants de Svoboda. Certains venaient du Parti radical d’Oleh Liachko, du parti Ukrop, de l’oligarque Ihor Kolomoïsky, ou se trouvaient là à titre privé, commente l’expert Pavlo Homonaj. Mais ce sont bien les dirigeants de Svoboda qui ont harangué la foule, et appelé à prendre le Parlement.»

Une trentaine de personnes avaient alors été placées en détention provisoire. Deux chefs de file de Svoboda, Ihor Chvayka et Iouriy Sirotiouk, sont en maison d’arrêt jusqu’au 4 novembre.

Oleh Tyahnybok n’en démord pas : «Le pouvoir est responsable de cette attaque terroriste. En votant pour un projet de décentralisation qui revient à une capitulation face au Kremlin [car il pourrait ouvrir la voie à une autonomie des territoires sous contrôle séparatiste, ndlr], le tandem formé du président Petro Porochenko et de son Premier ministre, Arseniy Iatseniouk, a provoqué les Ukrainiens.» Le chef de Svoboda a porté plainte contre Arsen Avakov pour «diffamation» et parvient à faire retarder ses interrogatoires. Il dénonce les poursuites contre ses militants comme des «persécutions politiques». Ihor Chvayka, candidat à la mairie de Kharkiv, et Iouriy Sirotiouk, tête de liste à Kiev, seraient ainsi «injustement empêchés» de participer aux élections locales.

«Incorruptible»

«Ce qui fait le plus mal, c’est que les gars du 31 août ressemblaient comme deux gouttes d’eau à ceux des barricades de février 2014. Si cela se trouve, ce sont les mêmes, se désole le jeune designer Taras Bojko, lui-même très actif pendant la contestation contre le régime prorusse de Viktor Ianoukovitch. Contre la dictature, ils étaient alors des héros, nos héros. Mais là, leurs actions sont injustifiables !»

Pendant l’hiver 2013-2014, Oleh Tyahnybok, dont les militants s’illustraient par leur courage face aux policiers sur les barricades, faisait jeu égal avec Vitali Klitschko et Arseniy Iatseniouk. Tous étaient alors unis contre l’oligarchie, la corruption, et la «colonisation impériale russe». Et Svoboda avait le vent en poupe depuis qu’il avait remporté 10 % des voix aux élections législatives de 2012. «J’avais voté pour eux, bien sûr, confesse Ruslan, à Kiev. Ils parlaient de la fierté d’être ukrainiens, prenaient le métro sans gardes du corps… C’était le parti du changement à l’époque.» Ayant pris ses distances avec le mouvement, Ruslan constate amèrement : «Svoboda est aujourd’hui […] à la dérive, frustré et cherchant désespérément à attirer l’attention.»

Reniés par Porochenko, Iatseniouk ou encore Vitali Klitschko, le maire de Kiev, les nationalistes n’ont retiré aucun gain politique du changement de régime malgré leur forte mobilisation sur le Maïdan et dans les bataillons de volontaires déployés dans l’est de l’Ukraine contre les rebelles prorusses. Oleh Tyahnybok n’a totalisé que 1,16 % des voix à l’élection présidentielle de mai 2014. La même année, en octobre, son parti a été éliminé du Parlement aux législatives. «Dans le contexte de l’agression russe en Crimée et dans le Donbass, Svoboda a perdu le monopole du discours patriotique et anticommuniste»,explique le chercheur Anton Shekhovtsov. Sans cette auréole de défenseur de la patrie, Svoboda n’est plus immunisé contre les accusations de xénophobie, de racisme et d’antisémitisme qui, un temps oubliées, sont revenues au premier plan. Le parti «incorruptible» a de même été éclaboussé par quelques suspicions de conflits d’intérêts, impliquant par exemple Ihor Chvayka.

Éloignement du FN

Comble de la disgrâce, Svoboda est plus isolé que jamais au plan international. En 2012, Oleh Tyahnybok se félicitait de ses «excellentes relations avec le Front national français». Mais depuis l’annexion de la Crimée, les Le Pen, père et fille, ouvertement admiratifs de Vladimir Poutine, ne veulent plus entendre parler de l’accord de coopération signé en 2009. Svoboda, qui déclenchait hier encore l’admiration, crée aujourd’hui la peur.

Ses dirigeants les plus controversés, comme Ihor Myroshnychenko, persistent à organiser, chaque 1er janvier, une marche aux flambeaux dans le centre de Kiev, en l’honneur de l’anniversaire de Stepan Bandera. Un style «années 30» pour commémorer le tout aussi contesté chef radical de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA). «Accusée de massacres ethniques pendant la Seconde Guerre mondiale, le rôle de celle-ci dans la lutte pour l’indépendance de l’Ukraine est loin de faire consensus parmi les chercheurs», rappelle l’historien Andriy Portnov. Les rapports des exactions commises par les bataillons de volontaires sur le front de l’Est, de même que la publicité faite à la présence d’éléments néonazis dans certaines unités, comme le bataillon Azov, n’ont pu que nuire à l’image des mouvements radicaux nationalistes.

La fusillade de Moukachevo, le 11 juillet, a illustré le risque de «voir des contrebandiers utiliser la franchise de Praviy Sektor [mouvement d’ultradroite, ndlr] pour commettre leurs crimes», commente le député Moustafa Nayyem du Bloc de Petro Porochenko (lire Libération du 18 juillet ).

«Impunité»

Les violences du 31 août ont, elles, fait ressortir le danger que représente la libre circulation des armes et des combattants, à partir du Donbass. «N’importe quel vétéran qui se sent trahi par le gouvernement peut répéter cette action à n’importe quel moment», avance Volodymyr Ishchenko, vice-directeur du Centre pour les recherches sociales et du travail, un des rares think tanks ukrainiens à être ouvertement ancré à gauche.

«Ces violences sont le résultat de l’impunité qui règne en Ukraine, nuance Tetyana Mazur, directrice du bureau ukrainien d’Amnesty International. Ni les tueries de Maïdan, ni les crimes de guerre, ni les attaques contre la communauté LGBT n’ont été punis par les autorités. Le signal envoyé est que la violence est tolérée.»

«Svoboda en tant que parti va-t-il être sanctionné ?» s’interroge Volodymyr Ishchenko. «Le gouvernement traite Svoboda d’irresponsable, mais ne souligne pas que son idéologie est dangereuse. Comme l’exemple de Praviy Sektor l’a montré, on peut disposer de plusieurs milliers d’hommes armés, contester le monopole de l’Etat dans l’utilisation de la force, appeler à une insurrection générale, et n’en subir aucune conséquence…»

«Les mouvements radicaux sont des « idiots utiles » pour les autorités dans leurs négociations pour se partager le pouvoir», estime un membre d’une association de défense de la société civile à Kiev, sous couvert d’anonymat. A en croire les pronostics politiques, Svoboda devrait subir un nouveau revers électoral lors des élections locales de dimanche, y compris dans ses fiefs de l’ouest de l’Ukraine. Mais comme le 31 août l’a laissé entrevoir, les dommages collatéraux d’un tel déclin pourraient s’avérer sanglants.

0 comments on “Libération: Retour de Flamme pour Svoboda

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :