«En tant que chef de l’Etat, je souhaite instaurer de nouvelles traditions politiques : j’initie dès aujourd’hui la vente de tous mes actifs économiques.» Le soir de son élection, le 25 mai 2014, Petro Porochenko se voulait le président d’une Ukraine où l’on «vivrait autrement», d’après son slogan de campagne. Après la victoire de la «révolution de la dignité» – payée de la mort d’une centaine de manifestants du Maidan -, il fallait pour le milliardaire se démarquer des abus de la «famille» de Viktor Ianoukovitch. Devant un parterre de journalistes du monde entier, il …