Histoire Kyiv Société Ukraine Voyage

RFI: « Resist(r)ance, Paris-Kiev », monte sur la « scène libre » ukrainienne

Reportage diffusé dans l’émission « Vous m’en direz des nouvelles » sur RFI, le 22/04/2015

(A écouter à partir de 41’40)

IMG_0154

Se déroule en ce moment à Paris le festival “Ukraine – Scène Libre” qui présente des musiciens, cinéastes, écrivains et comédiens ukrainiens sur les scènes parisiennes. Dans ce cadre, le 22 et 23 avril, se tiendra la pièce musicale “Resist(r)ance”, entre résistance et transe. C’est un projet né de la rencontre entre le groupe français Orkestronika et des artistes ukrainiens, notamment la troupe du théâtre Dach (prononcer Darr) ou encore un musicien du célèbre groupe “Okean Elzy”. Une création musicale à découvrir. A Kiev, Sébastien Gobert a rencontré la chanteuse française Cora Labaeye et le poète ukrainien Dmytro Iaroshenko pendant leurs répétions, avant qu’ils ne s’envolent pour Paris. 

Dans le centre de Kiev, il faut bien chercher pour deviner l’entrée des locaux de la compagnie Dach. L’acteur Dima Iarochenko nous accueille.

Dima Iarochenko: C’est la scène du théâtre Dach, je travaille ici depuis dix ans. 

Depuis des années c’est ici l’épicentre des initiatives artistiques les plus surprenantes de la scène ukrainienne.

Debout au piano, on trouve Cora Labaeye. La chanteuse française habite à Kiev depuis un an. Elle a été séduite par l’énergie des artistes ukrainiens, et en a fait ses partenaires.

IMG_0205 Cora Labaeye: Le démarrage de ce projet Resist(r)ance, Paris-Kiev, le sous-titre; c’est il y a un an, Franky Blandeau, l’ancien directeur de l’Institut Français m’a demandé “écoute, j’aimerais bien programmer un groupe français mais dans cette période de l’histoire de l’Ukraine ça me semble complètement absurde de juste programmer la musique, hop, ils font leur petit set une heure ou deux, tout le monde est content et il ne se passe plus rien.”

Cora Labaeye propose alors d’adapter “Resist(r)ance, une pièce musicale écrite par Patrick Fradet pour son groupe Orkestronika.

Cora Labaeye: C’est un projet qui accueille entre 17 et 25 musiciens sur scène. Et ne serait-ce que ce format là, c’est une forme de résistance au modèle économique de la culture actuelle. Dans le format musical, on voit de plus en plus le nombre de musiciens sur scène se réduire. 

Aujourd’hui, ils ne sont que deux à répéter. Mais l’idée du résultat est claire. La pièce joue sur des métrique de rythme inattendus.

Elle a déjà rencontré un vibrant succès en automne lors du Gogolfest, un des plus grands festivals alternatifs d’Ukraine. L’heure est donc venue de faire découvrir cette création à un public français. Et pour l’occasion, Dima Iarochenko lira des poèmes de sa composition.

Dima Iarochenko: Un morceau s’appelle “Le corps”. Cela parle du corps humain, de ses différentes fonctions, de ses différentes possibilités. Il s’agit de rappeler que la partie la plus importante du corps, c’est l’esprit, et d’initier une réflexion sur notre raison sur terre, sur le sens de nos vies. 

IMG_0211

Le drame de la guerre que vit l’Ukraine depuis des mois se retrouve dans ses compositions.

Dima Iarochenko: Un autre morceau s’appelle “la viande”, une réflexion sur la cruauté et la guerre, et l’absurdité de la guerre. De la guerre s’ensuit une dégradation du corps. Il faut insister sur l’amour, le plus important, ce qui permet de surmonter les difficultés. 

Cora Labaeye: La transe ça ne fait pas forcément référence au type de musique techno ni à la danse chamanique, c’est un espèce d’entre-deux. Par la musique… de pouvoir entrer en résonance entre les musiciens et le public. Et puis qu’il puisse se passer quelque chose. C’est très naïf tout ce que je dis mais en fait c’est basique, et je crois que c’est pour ça qu’on fait ça. 

La troupe a d’ores et déjà amorcé plusieurs autres projets de coopération culturelle. Les prochains concerts à Paris ont été très attendus, mais ils ne sont qu’une étape dans cette aventure musicale franco-ukrainiennne.

Resist(r)ance, Paris-Kiev, une création musicale franco-ukrainienne à découvrir les 22 et 23 avril, au Cirque Romanes, 19h30. 

(A écouter à partir de 41’40)

Journaliste et voyageur, je suis un Européen d'origine française et observateur insatiable de la composition, décomposition et recomposition du continent. Depuis 2011 en Ukraine, je suis en permanence sur les routes, afin de suivre les évolutions et révolutions qui secouent ce pays. L'occasion d'affiner mon regard sur les différences - et ressemblances - qui font cette autre Europe.

0 comments on “RFI: « Resist(r)ance, Paris-Kiev », monte sur la « scène libre » ukrainienne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :