Guerre du Donbass Histoire Politique Russie Transnistrie Ukraine

Analyse: Le Donbass entre guerre des chefs et guerre

Analyse, publiée le 29/01/2015. Les idées et positions présentées dans ce texte n’engagent que son auteur.

Pourquoi maintenant? Dans l’est de l’Ukraine, la reprise des violences est spectaculaire mais elle ne peut surprendre personne: elle était annoncée depuis longtemps. Ni les Ukrainiens, ni les Russes, et encore moins les séparatistes pro-russes, ne pouvaient se contenter d’une démarcation aussi floue. Réclamée par les différents chefs de guerre séparatistes, une nouvelle phase active de combats doit avoir pour objectif de pousser les Ukrainiens hors des oblasts (régions) de Donetsk et de Louhansk, “terres souveraines des républiques populaires autoproclamées. Avec, en ligne de mire, la création d’une grande “NovoRossiya – Nouvelle Russie”, qui s’étalerait sur le tiers sud-est de l’Ukraine contemporaine. 

Republic-of-Novorossiya

De nouvelles offensives ne peuvent surprendre. Ce qui interpelle, c’est leur lancement au plus fort de l’hiver. Un minutage qui est expliqué, en partie, par les soubresauts de féroces luttes intestines en territoires séparatistes. 

Novorossiya-Must-Bring-Kiev’s-War-Criminals-to-Justice-A-Legal-Analysis

“Pour une raison ou pour une autre, toutes les têtes qui dépassent disparaissent”. S’exprimant sous protection de l’anonymat, au téléphone, l’homme évoque un “véritable nettoyage d’hiver” qui serait opéré dans les rangs des séparatistes. Lui est un des lieutenants de Pavel Dremov, chef d’une sorte de “république populaire des Cosaques du Don”, dont le siège se trouve à Stakhanov, à environ 60 kilomètres de Louhansk. “Mon commandant se sent de plus en plus seul…,” confie-t-il.

Pavel Dremov, Stakhanov, 12/10/2014
Pavel Dremov, Stakhanov, 12/10/2014

Il y a quelques semaines encore, ces chefs de guerre, “Batman”, “Le Démon” ou encore “Le Fantôme” semblaient pourtant invincibles. A la faveur du chaos de la guerre, ils s’étaient taillés des fiefs sur des portions de territoires plus ou moins larges. Ils critiquaient au grand jour les politiques des chefs de guerre contrôlant les capitales régionales, Alexander Zakharchenko à Donetsk et Igor Plotniski à Louhansk. S’étant hissés au pouvoir plus ou moins par eux-mêmes, ces derniers se sont fait voter une légitimité lors des scrutins du 2 novembre 2014. Mais la loyauté de nombreux groupes concurrents n’allait pas de soi.

Le 1er janvier, l’annonce de la mort de “Batman”, de son vrai nom Alexander Biednov, a révélé l’ampleur des luttes intestines. Le corps du chef du bataillon du même nom, ainsi qu’au moins 5 de ses hommes, avaient été retrouvés calcinés dans leur camionnette, dans les alentours de Krasniy Louch, bien au sud de la ligne de front. La thèse d’une embuscade ukrainienne, voire des services secrets occidentaux, initialement présentées par le gouvernement de Louhansk, n’a convaincu personne. Aussi des “révélations” sur l’implication de “Batman” dans des trafics de drogue ou encore des actes de tortures avaient filtré, justifiant après-coup des poursuites judiciaires contre le chef de bataillon.

Batman dans son bureau de Louhansk.
Batman dans son bureau de Louhansk.

“Batman” avait pris en charge la défense du nord de Louhansk. Critique du gouvernement central, il avait tenté de se porter candidat aux élections du 2 novembre 2014. Bilan: une fusillade devant les bureaux de la commission électorale de la RPL, plusieurs blessés parmi ses soldats, et une interdiction d’enregistrer sa candidature. “C’est de l’histoire ancienne, nous sommes tous amis”, expliquait-il lors d’un entretien à Louhansk, début novembre. “Je suis un soldat, je ne veux pas faire de politique.”

Il n’empêche. “Batman” dérangeait. Selon ses hommes, sa popularité faisait ombrage à Igor Plotniski. Ce dernier en aurait été contrarié dans le contrôle de trafics lucratifs, allant du charbon à de l’aide humanitaire. Selon le politologue Iouli Fedorovski, basé à Louhansk, ““Batman” se serait aussi rapproché un peu trop près de l’irréconciliable Pavel Dremov”, à Stakhanov. Cela faisait beaucoup de raisons pour justifier son élimination et assurer la consolidation de la république de Louhansk, par ailleurs très fragile.

“Batman” n’a pas été le seul à tomber depuis le début de l’aventure sanglante des “NovoRussiens” dans le Donbass. Le Russe Igor Girkine, alias “Strelkov – Le Tireur”, a été évincé depuis longtemps de Donetsk. A Horlivka, on est sans nouvelle d’Igor Bezler, alias “Le Démon”, qui avait régné en maître sur la ville depuis le printemps. A Alchevsk, Alexeï Mozgovoy, chef de la brigade “Fantôme”, serait parti en Russie, “pour raisons indéterminées”.

Evgueny Ishchenko, alias “Le Mioche”, maire de la ville voisine de Pervomaïsk et bras droit de Pavel Dremov, menaçait encore au début décembre de “retourner ses armes contre Louhansk”, en raison d’une crise sécuritaire et humanitaire dans sa ville ignorée par les autorités centrales. Il a été retrouvé, le 23 janvier, assassiné. Igor Plotniski y voit une opération spéciale ukrainienne. “Ishchenko était en zone neutre. Même Plotniski ne peut pas avoir été aussi stupide pour aller le tuer là-bas,” commente le lieutenant de Pavel Dremov. Quoiqu’il en soit, c’est bien un étau qui se resserre autour de Pavel Dremov.

Evgueny Ishchenko, alias "Le Mioche".
Evgueny Ishchenko, alias « Le Mioche ».

De nombreux chefs de guerre, plus ou moins autonomes, continuent à faire parler d’eux. par exemple, le charismatique “Givi”, très actif autour de l’aéroport de Donetsk, est d’ores et déjà soupçonné d’exécutions sommaires de soldats ukrainiens, depuis qu’Alexander Zakharchenko a annoncé ne plus vouloir faire de prisonniers. Mais force est de constater que les marges de manoeuvre des divers groupes séparatistes se réduisent comme peau de chagrin.

Givi menaçant des prisonniers ukrainiens. Capture d'écran.
Givi menaçant des prisonniers ukrainiens. Capture d’écran.

Et pourtant, ils affichent sensiblement les mêmes objectifs de conquête que les gouvernements centraux. Les rivalités personnelles, voire politiques, par exemple entre les républiques de Cosaques et celle de Louhansk, sont évidentes, et peuvent expliquer des luttes intestines. Mais à un autre niveau, la centralisation des pouvoirs présenterait de nombreux avantages, notamment en termes de stratégie, ou encore de contrôle des approvisionnements en armes et équipements venus de Russie. Si ceux-ci ont été prouvés par de multitudes de rapports au cours des derniers mois, les modalités de leur acheminement et de leur distribution demeurent indéterminées.

Dans ce contexte, la nouvelle explosion de violences, en plein coeur de l’hiver, serait expliquée, en partie, par la reprise en main des forces séparatistes après un “ménage d’hiver”. Elle serait aussi une manière de faire taire d’éventuelles contestations, notamment émanant de Pavel Dremov, après une vague d’éliminations sanglantes.

Bien sûr, l’architecture régionale est complexe, et d’autres facteurs viennent expliquer un redémarrage des hostilités. La logique de l’expansion territoriale est tentante. Prendre Marioupol permettrait de débloquer un verrou stratégique sur le chemin entre la Russie continentale et la Crimée. Certains voient dans les combats une volonté russe de faire pression sur de futures négociations de paix, voire une tentative séparatiste d’empêcher ces négociations de paix. L’idée d’utiliser le Donbass comme une cocotte minute qui sifflerait régulièrement sans jamais exploser, pour distraire l’Ukraine de son agenda de réformes post-révolutionnaires, a elle aussi du sens. Sans oublier l’inexplicable. Ainsi un proche collaborateur d’Andriy Paroubiy, ancien Secrétaire du Conseil National de Défense et de Sécurité, parlant sous condition d’anonymat, estime que les attaques actuelles sont “un geste désespéré” des séparatistes, qui montre que “le Kremlin ne sait plus quoi faire de ses éléments les plus radicaux…”

Quoiqu’il en soit, les forces séparatistes, vraisemblablement aidées par les troupes russes, sont en mouvement. Selon Alexander Zakharchenko, la priorité est de “reconquérir Slaviansk, vitale pour les approvisionnements d’eau de la région.” S’il parvient à ses fins, ce sera cette fois une RPD unifiée qui avancera en territoire ukrainien. Une situation radicalement différente du printemps 2014, où le “groupe de Slaviansk, de Strelkov, avait phagocyté la république de Donetsk de Denis Pouchiline. Une telle cohérence des forces séparatistes pourrait bien renforcer leur capacité d’endurance, dans cette guerre dont personne ne voit d’issue prochaine.

1 comment on “Analyse: Le Donbass entre guerre des chefs et guerre

  1. A reblogué ceci sur Vostok Callinget a ajouté:
    Una interessante analisi di Sebastian Gobert sul ritorno all’ostilita` nelle repubbliche separatiste dell’est dell’Ucraina.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :