Sur les hauteurs du fleuve Dnipro, la statue de Lénine montre toujours la voie vers un avenir radieux. Mais le leader bolchevique est recouvert d’une vyshyvanka, la chemise traditionnelle ukrainienne brodée. «Ukrainiser Lénine, c’est le rendre moins soviétique», explique Iouriy Goudimienko, jeune journaliste et initiateur du relooking révolutionnaire, qui voulait éviter dans sa ville, Zaporijia, les tensions que l’on a pu voir ailleurs lors des «Léninopad». Le Léninopad, c’est la destruction des statues de Lénine, phénomène qui s’est accéléré depuis le début de la révolution de l’Euromaidan.

Lire le reste de l’article ici (accès abonnés)