Histoire Politique Société Ukraine

RFI: A Lviv, les autorités derrière l’EuroMaidan

Reportage diffusé dans l’émission Accent d’Europe, le 09/12/2013

Alors que la contestation ne faiblit par à Kiev, dans le reste de l’Ukraine différents foyers de contestation perdurent aussi, notamment à Lviv, capitale de l’ouest du pays, avec 20 000 personnes dans le centre de la ville ce dimanche encore. Lviv où la situation est beaucoup moins tendue qu’à Kiev, car les autorités locales sont de tout cœur avec les manifestants.

Dans le centre de Lviv, un panneau affiche les demandes, espoirs et frustrations des citoyens. Les protestations à Lviv bénéficient du soutien et de la protection des autorités.
Dans le centre de Lviv, un panneau affiche les demandes, espoirs et frustrations des citoyens. Les protestations à Lviv bénéficient du soutien et de la protection des autorités.

Le froid s’est déjà bien installé sur la Prospekt Svobody, l’avenue de la liberté, l’artère principale de Lviv, et une fine couche de neige recouvre les trottoirs. Mais comme chaque matin depuis deux semaines, plusieurs personnes sortent des tentes dressées sur l’avenue, des dizaines d’autres arrivent de la ville pour se masser autour d’une estrade et des écrans géants. L’EuroMaidan de Lviv, qui tire son nom de l’occupation de Maidan Nezalezhnosti, la place de l’indépendance à Kiev, s’anime pour la journée. Comme à Kiev, tout semble ici bien rôdé : nourriture, braséros, discours et chants.

Iaryna est une jeune étudiante de la faculté de médecine. Avec ses amies, elle s’occupe de l’antenne médicale de l’EuroMaidan.

Iaryna: Ce que l’on veut, c’est qu’on nous donne une perspective de signer l’accord d’association avec l’Union européenne, et que le gouvernement de Mykola Azarov et de Victor Ianoukovitch soit destitué, et s’assurer que l’Etat de droit, les droits de l’homme soient assurés… Et ainsi de suite. Vous savez, les gens sont déjà allés loin dans la contestation, et il n’est pas possible de faire marche arrière.

La contestation à Lviv est en effet allée bien loin. La ville compte moins d’un million d’habitants, mais elle est devenue le deuxième foyer de contestation du pays. Alors que dans le reste de l’Ukraine, notamment à Kiv, on parle de pressions des autorités ou de violence policières contre les manifestants, ici, rien de tout ça : L’EuroMaidan bénéficie de la protection toute particulière du maire, Andriy Sadovyi.

Personnalité indépendante, il est en poste depuis 2006 et il s’est imposé comme une personnalité atypique en Ukraine. Il en veut pour preuve le développement tout à fait remarquable de sa ville. Est-ce que la foule rassemblée quasiment sous ses fenêtres le dérange ? Pas le moins du monde.

Sadovyi: C’est un EuroMaidan, sincère et enthousiaste, initié par des jeunes étudiants. Ils sont nés pour la plupart dans une Ukraine indépendante, et ils sont ouverts, ils ne sont pas contaminés par les traumatismes du communisme. D’ailleurs l’EuroMaidan est spécial à Lviv aussi parce que les étudiants ont refusé d’être récupéré par les politiques. Pour moi, c’est un grand honneur de les soutenir. Vous savez que les mouvements de résistance ont toujours été très puissants dans l’ouest de l’Ukraine. Je ne conseillerai à personne de venir faire du mal aux gens d’ici.

Au sein de l’Ukraine indépendante, l’ouest s’est toujours placé à part. Lviv se veut le cœur du renouveau national ukrainien, et la ville a souvent défié la majorité parlementaire du Président Victor Ianoukovitch. Iaryna, la jeune infirmière, l’explique avec lyrisme :

Iaryna: Lviv, c’est le cœur de notre pays, il comprend ce qui se passe. Kiev, c’est la tête. Et sans le cœur, la tête ne peut pas fonctionner.

En tous cas, un esprit bien particulier règne sur l’EuroMaidan. « La police est avec le peuple », explique-t-on parmis les manifestants, après que quelques officiers de police sont venus demander des boissons chaudes à un stand d’approvisionnement gratuit. Ici, des unités de police anti-émeutes auraient refusé d’obéir aux ordres venus d’en haut d’évacuer l’EuroMaidan.

Une atmosphère sereine qui laisse donc plus de temps pour penser à l’issue du mouvement. Melanyia Podoliyak est une jeune étudiante, et membre d’un groupe d’analyse de la situation. Pour elle, la mobilisation est déjà un succès. Mais que ce soit à Lviv ou à Kiev, elle a du mal à voir où cela peut mener.

Melanyia:  Je me considère comme une optimiste, donc je suis convaincu que l’on peut obtenir quelque chose. Mais il y a de grosses différences avec la révolution orange de 2004. Une des plus grosses différences, c’est que l’on a pas de personne qui puisse réunir les foules autour de lui ou d’elle. Nous avons ces trois leaders d’opposition, qui sont des personnes tout à fait respectables, mais elles ne peuvent pas arriver à décider quoi faire ensemble.

Alors pour donner du grain à moudre au mouvement, le mot d’ordre, c’est « tous à Kiev ! », comme l’explique Otar Dovzhenko, jeune professeur de journalisme, qui dirige bénévolement le centre de presse de l’EuroMaidan.

Otar: Depuis les violences policières du 30 novembre, tous les efforts sont concentrés sur Kiev. De nombreuses personnes font le voyage assez régulièrement pour y amener de l’équipement et des gens. La semaine dernière, un homme s’est présenté pour organiser un système de navettes permanent, pour aider à l’organisation là-bas, et je sais que beaucoup de personnes y vont par leurs propres moyens. Beaucoup de gens sont déjà revenus, mais je pense que là-bas, il n’y a pas moins de 30, 40.000 Lviviens qui y sont allés. Ils ont besoin de beaucoup d’aide là-bas, de la nourriture, des vêtements…

Après avoir réuni 50.000 personnes le 1 décembre, l’EuroMaidan de Lviv n’aurait réuni que 20.000 personnes à la manifestation du 8 décembre. Pas par un manque de motivation, mais bien un signe qu’il serait temps de plier bagage et de déménager à Kiev. Après tout, à Lviv, la révolution semble déjà bel et bien gagnée…

Ecouter le reportage ici

2 comments on “RFI: A Lviv, les autorités derrière l’EuroMaidan

  1. Ping : RAGEMAG | « Euromaidan vise à changer le régime de Viktor Ianoukovytch » : rencontre au cœur des manifestations

  2. L’Ukraine est le pays de nulle part, Lviv a été polonaise, avant elle était austro-hongroise sous le nom de Lemberg. L’Euromadian est soutenu par les USA et Merkel qui se verrait bien en nouveau Bismarck en mettant la main sur Kiev, il faut dire que les nazis ont laissé de bons souvenirs dans cette région. L’erreur de l’union soviétique a été d’amalgamer un morceau résiduel de l’empire austro- hongrois avec un morceau détaché de la Pologne plus à l’ouest de Lviv avec le coeur historique de la Russie Kiev et toutes les régions russophones de l’est, sans parler de la Crimée qui a toujours été historiquement russe.

    Nos politiciens européens incapables de résoudre le chômage de masse font semblant de s’intéresser à l’Ukraine alors qu’ils n’ont ni l’argent, ni les moyens militaires d’intervenir, pas plus que les États-Unis ne veulent de confrontation directe avec la Russie. Il n’y a pas de solution politique, il ne reste que la partition de ce pays entre l’est et l’ouest c’est la seule solution pacifique autrement il y a la guerre civile et on a bien vu ce que cela donnait en ex-Yougoslavie, si vous avez aimé alors vous allez adorer ce qui va arriver, moi personnellement je ne veux pas mourir pour les émeutiers de Kiev, qui ne veulent pas de l’Europe mais seulement prendre le pouvoir par la force, la majorité d’entre eux sont des ultra-nationalistes qui ne parlent que de liberté pour mieux cacher leur fascisme rampant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :