Kyiv Politique Société Ukraine

RFI: La Police ukrainienne sous pression

Intervention dans l’émission « Bonjour l’Europe », le 16/07/2013

L’Ukraine a été secouée ces dernières semaines par des scandales mettant en lumière les pratiques arbitraires, et parfois violentes, de policiers. Beaucoup d’Ukrainiens se plaignent d’une implication directe de la police dans des affaires de corruption, de torture ou même de viols. Alors certains commencent à prendre des commissariats d’assaut pour demander justice…

Euronews

Il y a eu une série de cas comme cela au cours des dernières semaines, et le dernier c’était il y a juste quelques jours… ?

 

Oui, c’était le 12 juillet dans la soirée pour être précis. C’était à Kiev, la capitale : une jeune femme avait fini à l’hôpital après avoir été, selon son témoignage, frappée au ventre par un policier, à la suite d’un désaccord a priori banal. Le policier en question n’a pas semblé inquiété par sa hiérarchie, alors dans la soirée, des centaines de personnes ont pris d’assaut le commissariat pour demander son arrestation. Bilan : 11 blessés et une forte polémique politique.

Mais c’est surtout que ce cas très récent intervient seulement quelques semaines après un autre scandale, tragique celui-là. Le 26 juin, dans le sud de l’Ukraine, dans le village de Vradiyvka, une jeune femme de 29 ans, Irina Krashkova a été battue et violée. Assez rapidement, deux suspects, un chauffeur de taxi et un policier ont été arrêtés. Mais un troisième homme, lui aussi policier, est resté en liberté pendant un certain temps. Alors le 2 juillet, environ un millier de personnes ont pris d’assaut son commissariat, avec pierres et cocktails molotov, pour demander justice. Le policier est aujourd’hui sous les verrous, mais ces deux affaires, à Vradiyvka et à Kiev, ont réveillé une colère dormante chez de nombreux Ukrainiens, qui en ont assez de vivre en ayant peur de leur police.

Vous voulez dire que ce ne sont pas des situations isolées ? Il y a eu d’autres cas ?

Ola, oui ! Dans la région de Vradiyvka, un viol avait fait grand bruit l’an dernier : la victime avait été mise à feu et était morte de ses blessures, et l’affaire impliquait aussi des personnes bien placées qui avaient longtemps bénéficié de la clémence des forces de police. D’autres affaires remontent régulièrement à la surface.

Alors, on ne peut pas dire non plus que ça soit systématique. Mais à l’échelle du pays, l’ONG Amnesty International dénonce depuis des années des cas d’abus de pouvoir et de torture dont se rendent coupables des membres de la police. Un défenseur des droits de l’homme au sein de l’association « Ensemble », Andriy Didenko, décrit un système où certains policiers ont monté un business juteux où une personne interpellée aurait le choix entre payer un pot de vin ou être victime de harcèlement, voire de violences physiques. C’est assez généralisé.

Mais ce genre de scandales, ça peut amener à des changements de fond ou pas ?

C’est à voir. Pour l’instant, le choc des affaires de Vradiyvka et de Kiev a poussé le président Viktor Ianouovitch à s’engager personnellement à superviser une réforme du système. Mais, lui-même est un ancien repris de justice, c’est un système qu’il connaît et contrôle depuis de nombreuses années, et c’est un système qui a la vie dure. Dans cette affaire de Vradiyvka par exemple, le procureur du district qui avait été accusé de couvrir le deuxième policier, avait été saqué. Et bien on vient d’apprendre qu’en fait, il a juste été renommé procureur, mais dans un district voisin ! Donc il est difficile de croire à toute perspective de changement.

Vous le savez bien, on parle beaucoup de l’affaire Ioulia Timochenko, qui serait le symbole de la justice sélective en Ukraine. Mais entre abus de pouvoir, manque de respect des droits de l’homme, corruption et clientélisme, ce genres d’affaires révèle une véritable gangrène qui ronge à la fois le système judiciaire, et la société ukrainienne dans son ensemble.

Ecouter l’intervention ici

Journaliste et voyageur, je suis un Européen d'origine française et observateur insatiable de la composition, décomposition et recomposition du continent. Depuis 2011 en Ukraine, je suis en permanence sur les routes, afin de suivre les évolutions et révolutions qui secouent ce pays. L'occasion d'affiner mon regard sur les différences - et ressemblances - qui font cette autre Europe.

0 comments on “RFI: La Police ukrainienne sous pression

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :